http://www.lambe.univ-evry.fr http://www.cnrs.fr http://www.cnrs.fr/chimie/ http://www.cnrs.fr/edd/ http://www.cnrs.fr http://www.univ-evry.fr http://www.cea.fr http://www.genopole.org
Le CNRS
 




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Pages Personnelles > Fumex Maud

Fumex Maud



Doctorante

Mail : maud.fumex_at_univ-evry.fr

Tél : +33 (0) 1-69-47-77-38

Fax : +33 (0) 1-69-47-76-55 (secrétariat)

Bureau 01W33 bâtiment Maupertuis

Titre de la thèse : Etude du rôle de la sulfatation des protéines dans les processus d’interactions biologiques : cas du récepteur aux chimiokines CXCR4

Encadrant(e) : Florence Gonnet et Régis Daniel

Résumé : La caractérisation des modifications post-traductionnelles (MPT) représente un des axes de recherche majeurs de l’ère post-génomique. La sulfatation est parmi les plus importantes des 300 MPT répertoriées. En effet, elle affecte, comme la phosphorylation, les fonctions de nombreuses biomolécules telles que les glucides, les dérivés glycosylés et les protéines.

Une grande partie des protéines connues pour être sulfatées sont des récepteurs cellulaires, qui en liant leurs ligands vont déclencher des cascades de signalisation cellulaire en réponse à des stimuli externes. Parmi ces récepteurs, CXCR4 est un des plus étudiés, en raison de son implication dans de nombreux phénomènes, qu’ils soient pathologiques (infection par le virus du VIH par exemple) ou non (réponse immunitaire). Ce récepteur possède un domaine extracellulaire comportant trois résidus tyrosine connus pour être sulfatés, et ce domaine est primordial dans le processus d’interaction entre le récepteur et son ligand spécifique, la chimiokine SDF-1/CXCL12. La sulfatation enzymatique (par l’enzyme TPST-1) du peptide synthétique correspondant au domaine extracellulaire du récepteur (P38), se fait séquentiellement : d’abord sur la tyrosine 21, puis indifféremment sur la tyrosine 7 ou la tyrosine 12.

Le but de cette thèse est d’évaluer le rôle de la sulfatation de chaque tyrosine de P38 dans son interaction avec la chimiokine SDF-1, ainsi que l’effet de la présence de GAGs sur la formation de ces complexes. Les conséquences structurales et fonctionnelles de ces interactions, seront caractérisées par de nouvelles méthodes d’analyse de complexes non-covalents basées sur la spectrométrie de masse (MS) : l’électrophorèse capillaire couplée à la MS (CE-MS), la résonance plasmonique de surface couplée à la MS (SPR-MS), et l’empreinte protéique par les Rayons X résolue en temps couplée à la MS (Hydroxyl-Radical Protein Footprinting – HRPF).