Présentation du LAMBE

Le laboratoire était créé le 1er janvier 1996 par le regroupement de deux équipes, celle dirigée  par J-P. Morizur,  implantée à l’Université Pierre et Marie Curie, et celle animée par P. Toulhoat, basée au CEA Saclay au sein de la direction de l’énergie nucléaire (DEN), l’UMR 8587 intitulée « Laboratoire Analyse et Environnement » (LAE) avait pour objectif initial de réunir au sein d’une même structure des compétences en analyse structurale organique et en chimie analytique inorganique.

Depuis 2015, le laboratoire est sous la direction de M. Jean-Yves Salpin. Le LAMBE est à ce jour organisé en quatre équipes :

  • Structure-réactivité de biomolécules : complexes organométalliques et macromoléculaires
  • Interactions des assemblages moléculaires complexes: théorie et modélisation
  • Réactivité aux interfaces dans l’environnement
  • Matériaux Polymères aux Interfaces

L'intitulé de l’unité, "Analyse et Modélisation pour la Biologie et l’Environnement", reflète les thématiques de recherche, et les compétences de ses différentes équipes:

    La Chimie Analytique, identité forte de l’unité qui se décline autour de quelques moyens importants, dont la spectrométrie de masse organique et biologique sous ses aspects les plus modernes, notamment par le biais de couplages innovants (nano-LC-HRMS, CE-MS et SPR-MS), mais aussi des méthodes d’analyse chimique (UV, électrophorèse capillaire et chromatographie d’exclusion stérique et ionique), électrochimique (microbalance à quartz,…), ou radiochimique, disponibles notamment sur le site de Saclay (spectroscopies diverses) ainsi que des méthodes physiques, que ce soit pour l’analyse en molécule unique par détection électrique à l’aide de nanopores, ou l’étude des propriétés mécaniques de cellules par microscopie à force atomique (AFM).

    La modélisation, qui joue un rôle transversal, venant en appui des thématiques de l’UMR, allant de la physico-chimie des biomolécules en phase gazeuse, à l’étude des interactions spécifiques ou à la structure tridimensionnelle des protéines, à la réactivité d’espèces chimiques en solution et aux interfaces solide-solution dans l’environnement, à l’interprétation de données spectroscopiques (SFG, vibrationnelle,…), ou encore à la modélisation atomiste de cations durs aqueux de radionucléides pour l’environnement.

    La Biologie, fortement implantée à Evry, rentre définitivement dans les projets de l’UMR. Les compétences de l’unité dans le domaine de l’analyse de biomolécules et d’associations macromoléculaires par spectrométrie de masse, de même que la mise en place récente d’une plateforme d’AFM, vont lui permettre de développer et de déployer de nouvelles thématiques de recherche en collaboration avec les acteurs impliqués dans les Sciences du Vivant et la médecine.

    L’Environnement, à travers (i) l’étude des processus de corrosion de dispositifs de confinement, la mise au point de matériaux innovants appliqués à (ii) la minéralisation de polluants organiques présents dans les eaux naturelles ou usées, (iii) la détection à l’état de traces de métaux lourds dans des milieux naturels ou recréés en laboratoire, et (iv) la valorisation de monomères issus d’espèces renouvelables.

    Deux autres domaines de recherche viennent compléter ce panel de compétences :

    • La Synthèse de polymères et de biomatériaux : appliquée à la biologie, impliquant d’une part la synthèse de vecteurs polymères pour la thérapie génique (structure et mode de fonctionnement in vitro et in vivo) , et d’autre part la synthèse de biomatériaux par polymérisation de composés extraits de la biomasse, (développement durable et de recherche de nouvelles propriétés...)
    • La Biophysique : par le biais notamment de l’étude du transport de macromolécules uniques à travers des pores nanométriques naturels, synthétiques ou artificiels (dynamique de confinement, conformation, repliement, séquençage de protéines, de sucres et d’acides nucléiques), ou encore l’étude des propriétés biomécaniques des cellules tumorales.

    Les activités de recherche du laboratoire reposent sur des approches pluridisciplinaires à la frontière des champs disciplinaires que sont : l’analyse, la physico-chimie en phase gazeuse, la physico-chimie des solutions, la physico-chimie des interfaces soluté-matériau, l’électrochimie et la modélisation. Les compétences de l’UMR sont complémentaires, elles allient des approches expérimentales et théoriques pour aborder des problématiques appliquées aux Sciences de la Vie et à l’Environnement.

    Les équipes